Fermer

Karim Mokhtari, l’art pour « perpète »

Par Paul Molga, le 20 octobre 2022

Journaliste

Karim Mokhtari a créé l’association 100murs pour aider à la réinsertion des délinquants et la prévention de la récidive © Carcéropolis

À la tête de l’association 100murs, cet ancien « tôlard » voue désormais son existence à la réinsertion et à la lutte contre la récidive. Il est parrain d’une exposition d’œuvres réalisées par des détenus du monde entier, présentée à Marseille jusqu’au 7 novembre. Il m’a confié son parcours déchirant et sa croyance en l’art comme moyen de transcender la violence.

 

Délinquant à 9 ans, petit caïd à 12, brigand à 18, la prison puis l’amour et désormais une certitude : « On est celui qu’on devient, pas celui qu’on a été ». Directeur de l’association 100murs et vice-président de Carcéropolis, Karim Mokhtari partage en ce moment cette conviction à Marseille, à l’occasion de l’exposition « Un demi-mètre carré de liberté » dont il est le parrain (jusqu’au 7 novembre chez Carré d’Artistes, cours Estienne d’Orves). Près de 2000 œuvres de détenus du monde entier ont été rassemblées par l’association berlinoise Art et Prison à l’origine de cette initiative visant à changer notre regard sur l’univers carcéral.

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?