Fermer

La Recyclerie Sportive met le sport à la portée de tous

Par Zoé Charef, le 26 janvier 2023

Journaliste

Pour rendre le sport plus écologique et économique, La Recyclerie Sportive multiplie les boutiques spécialisées dans le matériel sportif de seconde main. À Grenoble, une antenne a ouvert en septembre dernier. On y trouve des équipements sportifs d’occasion, mais aussi ateliers de co-réparation et conférences sur l’économie circulaire.

 

Au cœur de Grenoble, dans l’ancienne Maison de la Montagne, une nouvelle boutique a ouvert ses portes en septembre dernier : La Recyclerie Sportive. Pensée pour donner une seconde vie aux articles de sport et permettre de s’équiper à bas coût, ce réseau associatif s’est spécialisé dans les équipements et matériels de sport.

La branche grenobloise est venue s’ajouter aux sept autres recycleries déjà en place à Marseille, Roubaix, Bordeaux ou encore Massy. “La ville de Grenoble cherchait un acteur du réemploi, explique Pauline Trotereau, coordinatrice de l’antenne. Elle a lancé un appel à manifestation d’intérêt. C’est comme ça qu’on a pu ouvrir cette boutique.

 

Collecter et redistribuer pour une action sociale
Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

La Recyclerie sportive veut ouvrir le sport à tous 1
Dans la boutique, un espace est réservé à l’entretien et la réparation d’équipements sportifs. © Recyclerie Sportive

Pour mener à bien ses ambitions sociales et écologiques, l’association a mis en place quatre volets de réduction des déchets dans le milieu du sport. À commencer par la collecte : La Recyclerie récupère des équipements d’entreprises comme Go Sport ou Decathlon. “Ils nous donnent leurs produits abîmés, les retours clients. Nous travaillons aussi avec des acteurs locaux du réemploi comme Ulisse et Emmaüs, qui a des quantités tellement énormes d’articles que ceux de sport se perdent dans la masse.

Les dons des particuliers font également partie du stock. Également dons d’associations locales diverses. Par exemple Alpes-là, qui loue des équipements de sport aux étudiants. “On met parfois du matériel de côté pour eux, pour qu’ils puissent avoir du stock sans devoir acheter du neuf à de grandes enseignes”, se félicite Pauline, qui souhaite toucher davantage de clubs sportifs grenoblois.

Ces stocks de vêtements sont donc mis en vente, au minimum 30% moins cher que du neuf. C’est le volet redistribution : “Rendre le sport accessible au plus grand nombre, justifie la coordinatrice. Le prix des équipements limite en effet l’accès à certaines disciplines.

 

Apprendre à (re)valoriser son équipement sportif

La Recyclerie sportive veut ouvrir le sport à tous 2
Atelier fartage de ski à La Recyclerie Sportive. © Recyclerie Sportive

Lors des collectes et des dons, une partie du matériel sportif n’est pas en état d’être vendu. Cela ne décourage pas l’équipe de La Recyclerie Sportive de Grenoble. Elle les répare ou les utilise pour faire du surcyclage (fabriquer autre chose avec un objet, pour éviter que ce dernier ne soit jeté). Depuis mi-octobre, ils ont également mis en place des ateliers de co-réparation : c’est le volet valorisation de l’association. Le réseau La Clavette grenobloise, qui rassemble les ateliers de co-réparation de vélos à Grenoble, permet à La Recyclerie Sportive de trouver ou échanger les pièces détachées nécessaires.

On tient des permanences les mercredi et samedi après-midi. Les bénéficiaires viennent avec leurs équipements de sport et apprennent à les réparer avec Ghilian. On répare majoritairement les vélos, rollers et trottinettes. On aimerait cependant développer la couture, pour réparer par exemple les sacs à dos ou les trous dans les vêtements.” Cet hiver, les ateliers de fartage et aiguisage de ski et snowboard remportent un franc succès.

 

Lire aussi : Remettre sur le marché les articles de sport jamais utilisés

 

Sensibiliser à la protection de la planète

La Recyclerie sportive veut ouvrir le sport à tous 5
Des raquettes de badminton, de tennis, de ping-pong sont en vente à La Recyclerie Sportive © Zoé Charef

On se rend compte que, parmi nos bénéficiaires, certains sont déjà très engagés sur le plan écologique et très sportifs. Tandis que d’autres découvrent le lieu et ses valeurs, se réjouit Pauline. Certains sont dans le besoin : des familles, des étudiants, des personnes étrangères.

Un papa vient par exemple d’acheter des habits de karaté pour son fils qui commence tout juste le sport. Martin, étudiant à Grenoble, n’a pas “besoin d’habits flambants neufs pour aller skier quatre jours par an. Ce qui est vendu ici est largement suffisant, et j’aime savoir que je ne crée pas de demande.

La Recyclerie sportive veut ouvrir le sport à tous 4
Sans oublier les crampons, piolets et chaussures de montagne. © Zoé Charef

Selon l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), en 2021, 38% des pratiquants déclaraient faire du sport quatre fois par semaine. Par ailleurs, dans le top 5 des pratiques sportives les plus répandues, figurent la course à pied, le fitness, les sports aquatiques, le vélo et les sports de raquette. Tous ces sportifs ont donc besoin d’une quantité importante de matériel.

En proposant aussi bien des piolets, des raquettes de badminton, des kimonos que des survêtements, La Recyclerie Sportive leur permet de s’équiper en réduisant leur impact environnemental. La fabrication de vêtements sportifs mobilise en effet de nombreuses matières premières telles que le pétrole (lire bonus).

C’est pourquoi les membres de La Recyclerie promeuvent une alternative plus écologique à l’achat d’équipements sportifs neufs. Et souhaitent aller au-delà, avec le quatrième volet des missions de l’association : la sensibilisation d’un public large. “Au-delà de simplement proposer des équipements de sport abordables, l’idée est d’encourager les gens à acheter d’occasion. À avoir conscience de l’impact écologique du sport qu’ils pratiquent. À découvrir ce qu’est l’économie circulaire”, développe Pauline. “En plus des ateliers de co-réparation, on propose différentes méthodes pour sensibiliser le grand public au sport zéro déchet. Comme des conférences et des formations.

 

Toucher un public large

La Recyclerie sportive veut ouvrir le sport à tous 6
Il y en aura pour tous les sports ! © Zoé Charef

Avoir un magasin en plein centre-ville de Grenoble est une aubaine aux yeux de Pauline : “On a énormément de chance. Les autres recycleries sportives – et d’ailleurs tous les magasins de ce type – sont souvent installées dans des endroits où le loyer n’est pas très cher, comme les quartiers prioritaires ou zones franches. Être au centre-ville nous offre une grande visibilité, ce qui est non négligeable puisque l’objectif global de l’association est de sensibiliser un public large, et donc pas forcément touché par nos démarches au premier abord”, précise Pauline.

Pendant la période de Noël, l’équipe de La Recyclerie Sportive s’est rendu compte que beaucoup de personnes entraient dans la boutique par curiosité : “Les gens se baladent dans le centre-ville, ils sortent de grandes enseignes et tombent sur nous. Ça permet de sensibiliser toute une population qui ne se pose pas ces questions sociales, environnementales ou économiques.

Si Lisa, jeune active, passe souvent au magasin “pour trouver des habits vintage, comme dans une friperie ! ”, un monsieur d’environ 70 ans découvre l’endroit pour la première fois. : “Je suis entré ici parce que j’ai vu des piolets et je comptais m’en acheter pour aller en montagne ce week-end, commente-t-il. Autant en profiter, c’est moins cher !

 

♦ Lire aussi : Une raquette multisports 100% nature et 100% française

 

Sports mais aussi enjeux solidaires et écologiques

La Recyclerie sportive veut ouvrir le sport à tous 8
Les éco-box de La Recyclerie Sportive © Zoé Charef

La boutique fonctionne bien et La Recyclerie commence à être connue à Grenoble. Mais sur la to do liste de Pauline, un nombre incalculable d’idées attendent encore d’être réalisées. La première année d’installation sert à “faire son réseau, voir où sont les besoins et définir avec quels acteurs travailler, explique Pauline. On ne collabore pas encore avec les scolaires, mais on a signé un partenariat avec l’Organisation municipale des sports de Grenoble. On souhaite également être présents sur les événements sportifs, sensibiliser les participants et y collecter des vêtements. L’équipe pense notamment installer des éco-box dans les gymnases de la métropole pour collecter des vêtements.

L’équipe met un point d’honneur à se lier à des personnes motivées par le sport et les enjeux solidaires et écologiques. En augmentant leur nombre de bénévoles par exemple. “Pour faire vivre ce lieu et pour nous faire bénéficier de conseils” justifie Pauline. L’expertise de sportifs est en effet précieuse sur certains types d’équipements, avant leur mise en vente ou réparation.

Le sport zéro déchet est en terre conquise dans une ville sportive comme Grenoble. La Recyclerie Sportive y a déjà collecté cinq tonnes de déchets depuis septembre 2022 ! ♦

 

Bonus
  • Selon une étude de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), la contribution d’une raquette en aluminium (la plus légère) à l’effet de serre est par exemple de 6,6 kg CO2eq/unité fabriquée.

 

  • Longue vie aux objets. Ce site internet permettant de trouver des boutiques d’occasion près de chez vous. En collaboration avec l’ADEME.

[/wcm_restrict

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?