Fermer

Laurie Giuggiola, de la tech à la terre

Par Maëva Gardet Pizzo, le 19 mai 2022

« Je ne suis pas faite pour faire de la gestion sur le long terme. Je suis plutôt une bâtisseuse, considère-t-elle. J’aime l’effervescence des périodes où il faut tout imaginer, tout construire » @DR

À la tête d’Alt-Gr, une entreprise aixoise innovante qui opère dans le monde du numérique, Laurie Giuggiola décide en février dernier de tout lâcher. Elle retourne alors sur sa terre natale des Alpes-de-Haute-Provence. Et rejoint la coopérative Duransia avec laquelle elle s’attelle à promouvoir une agriculture plus sobre. Mettant son énergie de bâtisseuse au service de la transition écologique.

C’est par un mail que je propose à Laurie Giuggiola une interview en vue d’un portrait pour Marcelle. Je prévois alors de parler technologie, accessibilité de la donnée pour les petites entreprises, ou encore place des femmes dans ces métiers encore trop masculins. C’était sans compter sur l’imprévisibilité de cette femme. Qui change de vie comme on ouvre un nouveau livre.

Laurie Giuggiola grandit dans les Alpes-de-Haute-Provence. Cela s’entend dans son accent, chantant. Après son bac, elle est acceptée dans la prestigieuse école de commerce EDC à Paris. Mais, craignant de s’éloigner de sa famille et de son soleil provençal, elle préfère rester à Aix-en-Provence où elle obtient un master de droit fiscal et patrimonial. La suite : une expérience chez Axa à Manosque qui lui vaut d’être repérée par le patron du Medef régional, Jean-Luc Monteuil. Ce dernier, séduit par sa combativité, l’aide à ouvrir un cabinet de financement. Elle y restera sept ans avant de fonder Alt-Gr.

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?