Fermer

Qualité de l’air : un nouveau souffle avec le contrôle du trafic routier ?

Par Paul Molga, le 10 janvier 2022

Journaliste

D'ici 2050 à Marseille, les pollutions atmosphériques et sonores devraient être divisées par deux pour les populations les plus exposées @Pixabay

Entre mesures de régulation coercitives et nouvelles technologies, les grandes métropoles testent des solutions inédites pour gérer le flux automobile et offrir un air plus respirable à leurs habitants. Marcelle a enquêté sur les dernières innovations.

Une atmosphère enfin respirable pour les urbains des grandes métropoles ? Marseille s’y prépare. Après cinq années de gestation, la métropole d’Aix-Marseille-Provence a adopté avant la trêve hivernale le plan climat-air-énergie qui doit sauver les poumons des Phocéens. D’ici 2050, prévoit ce texte ambitieux, le territoire sera neutre en carbone. Ses besoins énergétiques, réduits de moitié, seront couverts en totalité par des productions renouvelables. Les pollutions atmosphériques et sonores seront divisées par deux pour les populations les plus exposées.

 

Gagner la bataille de l’air suppose de remporter celle du bitume

Qualité de l’air : un nouveau souffle avec le contrôle du trafic routier ? 2
Pour gagner la bataille de l’air, il faut impérativement gagner celle du bitume @Pixabay

« Une révolution urbaine est en marche », veut croire Amapola Ventron, conseillère de la Métropole déléguée à la Protection de l’environnement, à la Lutte contre les pollutions et à la Transition écologique. Dans une ville qui a porté l’automobile au pinacle jusqu’à faire entrer les autoroutes en ville sous l’ère Defferre, le défi est de taille. Pour gagner la bataille de l’air, la ville devra impérativement gagner celle du bitume.

Or, sur ce terrain, la partie n’est pas gagnée, même à circonscrire le déplacement motorisé des particuliers. À elle-seule, la zone Aix-Marseille concentre 93% des flux de marchandises liés aux activités portuaires et agricoles du département des Bouches-du-Rhône. Chaque jour, pas moins de 50 000 véhicules utilitaires légers classés Crit’air 4 et 5 – les plus polluants – parcourent ainsi des centaines de kilomètres pour approvisionner les consommateurs.

 

La livraison de colis explose

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?