Fermer

Tariquet en lutte contre l’urgence climatique

Par Frédérique Hermine, le 28 juin 2022

Journaliste

Le célèbre vin blanc du Sud-Ouest, produit par le plus gros propriétaire-récoltant de Gascogne, investit dans la R&D et dans la biodiversité. Les Grassa, famille de pionniers depuis plus d’un siècle, sont sur tous les fronts du développement durable dans leurs vignes.

 

« Les jeunes chênes ne poussent pas sous les vieux chênes », répétait souvent Yves Grassa avant de confier l’entreprise un mois avant les vendanges 2005 à ses deux fils Rémy et Armin. Et de partir de son côté construire une nouvelle vie de céréalier en Roumanie. Les frères Grassa président depuis 17 ans aux destinées de Tariquet, entreprise familiale qui s’est fait connaître à la fin du XXe siècle pour son blanc emblématique des Côtes-de-Gascogne. « Mon père a toujours pensé que dans lagriculture, toute décision importante nécessitait souvent quinze ans de travail. Et quil fallait au moins en prendre deux dans sa vie. C’est pourquoi il a souhaité nous transmettre directement son patrimoine », raconte Rémy.

Tariquet en lutte contre l’urgence climatique 1
Rémy et Armin Grassa ©DR

 

Des céréales à la vigne

Le domaine qui avait été la propriété au XVIIe de Pierre de Montesquiou, sieur de Tariquet, a été acheté par la famille en 1912. La ferme, au milieu d’un paysage gersois vallonné, vit alors d’élevage, de la culture du maïs et d’une vigne de sept hectares produisant de l’armagnac. Après-guerre, elle fonctionne quasiment en autarcie avec un potager, quelques vaches, poulets, cochons, lapins… Le grand-père Pierre Artaud et sa femme Hélène agrandissent les terres à maïs et vendent toujours des tonneaux d’armagnac.

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?