Fermer

Une transat’ écolo entre La Ciotat et Belém

Par Nathania Cahen, le 4 décembre 2021

Journaliste

[bref] C’est parti pour une épopée de quatre mois ! Le 4 décembre, le Sourire V a entamé un périple transatlantique de 10 000 km au départ du port de La Ciotat. Cap sur la partie amazonienne de l’Équateur. Pour défendre les mobilités douces. Puis, là-bas, poursuivre un projet de protection de l’environnement porté par l’association Trésor de Nature.

Mobilité douce et protection de la nature

Une transatlantique écolo La Ciotat-Belém 1Trois personnes ont pris place à bord du voilier : Caroline Nicoleau et Philippe Guignard, présidente et trésorier de l’association. Sans oublier leur précieux skipper et loup de mer, Christian Gas. Pourquoi un tel périple ? « Pour au moins cinq bonnes raisons, répond Caroline Nicoleau. Promouvoir les mobilités douces. Promouvoir la création d’une réserve écologique en Amazonie. Montrer les conséquences parfois néfastes de l’activité humaine, localement celle des chercheurs d’or notamment. Mettre en lumière celles et ceux qui travaillent au changement. Et réaliser un film documentaire ! »

De façon concrète, en Équateur, Trésor de Nature espère pouvoir racheter des terres. Si elles sont boisées, tout sera mis en œuvre pour leur conservation : des éco-gardes rémunérés, la création de refuges animaliers, des actions de sensibilisation de la population à son patrimoine naturel. Si les terres sont déboisées, le projet relèvera alors de l’agroforesterie : planter des cocotiers, des avocatiers, sources de revenus pour les familles qui les cultiveront.

 

 

Des lâchers de bombes à graines

L’association, active depuis 2015, promeut de nombreux projets de reforestation. Elle est à l’origine de différentes opérations de lâcher de bombes à graines (fabriquées artisanalement). Son action a déjà permis de replanter 8500 arbres entre l’Équateur et la Provence.

Ce périple par les mers, plus ambitieux, a nécessité de mobiliser un maximum d’acteurs. Une vingtaine de sponsors accompagnent donc la transat – des entreprises comme Sodexo, Twise, Best Western, La Ciotat Shipyards… Mais aussi la mairie de la Ciotat et le Consulat d’Équateur à Marseille. Ainsi que des associations comme Recyclop, France-Equateur, le Lions Club local ou le FDVA – Fonds pour le développement de la vie associative.

L’équipage accostera en Amérique du Sud, à Bélem, dans deux mois environ. Le retour est prévu pour mai. Entre temps, il est possible de suivre leur périple et l’avancée des projets à partir de leurs comptes Facebook et Instagram. Un collège et une école primaire de La Ciotat en ont même fait un sujet d’étude à part entière ! ♦

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?