Fermer

Voyages : les Guides Tao nous invitent à ralentir

Par Philippe Lesaffre, le 21 juin 2022

Journaliste

[série tourisme #1] Consacrés au slow-tourisme, les Guides Tao nous proposent de découvrir autrement les territoires, en France comme ailleurs. En charge du développement économique de la maison d’édition Viatao, Nicolas Breton nous interroge, à l’approche des vacances d’été.

 

Les scientifiques alertent depuis de nombreuses années. Et, récemment, le rapport du Giec l’a rappelé : pour limiter le réchauffement à + 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, comme la communauté internationale s’y est engagée à Paris en 2015, les nations ont à s’adapter aux effets toujours plus flagrants du dérèglement climatique. Tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Or, les émissions du secteur touristique se sont élevées, en 2018, à 118 millions de tonnes de CO2 (cela équivaut à la part de GES de 11 millions de Français en un an, d’après l’Ademe). En tout, le tourisme en France représente 11% des émissions de gaz à effet de serre – dont près de 70% du total sont dus aux simples trajets. Et cette proportion, élevée, ne prend en compte que ce qui est émis sur le sol français. Pas ce qui touche l’étranger, très impacté, également.

Voyages : les Guides Tao nous invitent à ralentir 1
Nicolas Breton, chargé du développement économique des guides Tao ©DR

« Chaque année, de plus en plus de touristes visitent le monde. Cet afflux croissant a des conséquences terribles pour des centaines de lieux, jusqu’ici encore préservés de toute présence humaine », souligne Nicolas Breton. Le responsable des partenariats et du développement commercial pour les Guides Tao poursuit : « Des écosystèmes vont être de plus en plus bouleversés, des espèces menacées, des sanctuaires naturels détruits. » 

 

Des établissements « bons » pour le territoire


Alors, que faire ? Inciter les vacanciers à protéger les écosystèmes, les lieux naturels fragiles. Comment ? En levant le pied, en changeant de… direction. Dans ses ouvrages, la maison d’édition Viatao tend en effet à rediriger les voyageurs vers des adresses plus durables. Depuis son lancement il y a 15 ans, elle en a édité une vingtaine. Soit en format poche pour orienter les citoyens vers des destinations particulières, comme le Pays basque, le Portugal ou encore le Japon. Soit en grand format visant à couvrir des zones plus larges, la France, l’Europe et le monde (*).

Au travers de ces guides de voyage « verts », l’éditeur entend promouvoir le slow-tourisme. Concrètement, il met en avant des adresses, méconnues ou non, d’hébergements, de restaurants et d’agences pour valoriser leurs engagements. En particulier vis-à-vis des territoires. « Les adresses mises en avant par les guides, rédigées par des auteurs locaux, sont vérifiées à travers trois critères : la qualité, le respect de l’environnement, mais aussi les bénéfices apportés aux populations des environs, sur les plans social, culturel et économique. »

 

♦ Lire aussi : 5 applications pour touristes engagés

 

Se déplacer différemment

Voyages : les Guides Tao nous invitent à ralentir 3
Train et covoiturage pour des modes de déplacement doux ©Pixabay

Les Guides Tao entendent mettre en lumière des façons de voyager plus lentes, plus douces, plus solidaires, dans le respect de la nature et du vivant. « Oui, on peut se déplacer autrement… » Nicolas Breton met en avant les voyages en train, en covoiturage. Par exemple, le Guide sur la France mentionne Mobicoop, l’alternative, libre et gratuite de Blablacar. Hitchwiki, la plateforme de référence d’auto-stop pour glaner de nombreux conseils. Ou Wikicampers, qui propose de louer, entre particuliers, des camping-cars.

L’aventure ne s’arrête pas là : munissez-vous aussi de chaussures de sport, vous pouvez partir à pied ou à vélo, au bord de la Loire, par exemple, ou, pourquoi pas, si cela vous inspire, avec un… âne. « L’idée est de montrer au final qu’un transport, peu importe la distance, fait partie intégrante d’un voyage. »

 

Partir loin, ok, mais plus longtemps 

La maison d’édition nous recommande des lieux à proximité, pour limiter les déplacements polluants, entre autres, mais pas seulement. Les guides nous invitent aussi à partir plus loin, ce qui aura inévitablement tendance à augmenter notre impact carbone. Mais la question est plutôt de savoir ce que l’on souhaite entreprendre sur place et combien de temps on y reste.

C’est ce qui est indiqué peu ou prou dans le Guide Tao pour le Japon : « Soupesez bien le temps que vous pouvez consacrer à votre séjour dans l’Archipel. Moins de deux semaines, cela ne vaut peut-être pas la peine ; le Japon sera toujours là plus tard, à un moment où il vous sera possible d’y consacrer davantage de temps. Dans l’absolu, la durée du séjour ne changera pas l’empreinte carbone d’un vol long-courrier, mais autant l’optimiser. »

 

Ralentir… et s’engager ?

Voyages : les Guides Tao nous invitent à ralentir 4
Les guides sensibilisent à l’impact de la surconsommation ©Unsplash

Nicolas Breton de renchérir : « Nous pouvons ralentir, découvrir des zones moins touristiques, à proximité, ou plus loin. Vivre en somme des expériences peut-être plus étonnantes, plus imprévues, plus authentiques, au plus près des populations sur place. »

On peut vouloir flâner au bord d’une rivière dans les Cévennes, mais on peut aussi avoir l’intention… d’agir. Par exemple en passant quelques jours dans une ferme engagée dans une démarche écologique (via Accueil Paysan par exemple). Les Guides Tao indiquent dans leurs publications des noms d’établissements ou d’associations, finalement autant de moyens de devenir… bénévoles durant un voyage et de s’engager pour une cause (le nettoyage d’une plage ?).

On se demande pourquoi cela a été nommé Les Guides Tao : « Le Tao, rétorque-t-il, c’est la voie qui mène à l’harmonie dans la philosophie chinoise. L’idée, c’est de lier hédonisme et responsabilité. » En gros, c’est se faire plaisir, tout en respectant la planète et ses habitants. La maison d’édition entend laisser un message : « Donner des idées de voyages plus responsables, c’est aussi sensibiliser sur l’impact de notre surconsommation, ajoute Nicolas Breton. Sans information, nous avons peut-être plus de mal à modifier nos comportements. »

 

♦ Lire aussi : Et si on préférait le train ?

 

Accompagner les professionnels

Informer, pour sensibiliser, et… inciter les acteurs du tourisme à évoluer toujours plus ? Selon un sondage Ifop, paru en 2021 pour les Rencontres du tourisme durable, 8 Français sur 10 pensent à ce titre que c’est avant tout le rôle des professionnels du tourisme de s’occuper de la réduction des impacts de leurs activités.

« Les citoyens sont de plus en plus sensibilisés à l’urgence climatique, et les professionnels doivent en prendre conscience. En tout cas, je pense qu’ils s’y intéressent de plus en plus, estime-t-il. Il ne s’agit certes que de communication pour certains, dans la mesure où c’est un sujet tendance. Or, de nombreux acteurs s’engagent vraiment. Et c’est tant mieux. » ♦

(*) Sélection non exhaustive des Guides

Voyages : les Guides Tao nous invitent à ralentir 2

 

Bonus
  • De nouvelles destinations en perspective. En mai sont sortis un Guide Tao La Champagne et un Guide Tao Belgique. « L’objectif est de promouvoir davantage de destinations proches, accessibles en train, à vélo… »

Tout juste paru, le Guide Tao Carnets de campagne, rédigé par Philippe Bertrand, animateur de l’émission « Carnets de campagne » sur France Inter. L’ouvrage recense les meilleures initiatives de l’émission : des adresses positives, engagées et créatives en France métropolitaine, dans les domaines de l’environnement, du social, de la solidarité, de la culture, de l’entrepreneuriat, de l’économie sociale et solidaire, ainsi que de l’agriculture. Et devinez qui fait partie des 700 initiatives retenues ? Marcelle, pardi !

 

  • Des guides éco-conçus. Les guides Viatao sont imprimés avec des encres végétales, sur du papier certifié FSC®, par des imprimeries Imprim’vert, à moins de 800km de leur distributeur afin de réduire au maximum la pollution due au transport.

 

 

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?