Fermer

Sur la plage de l’Estaque, gamins des cités et policiers se rapprochent

 

Par Olivier Martocq, journaliste

Il n’a pas eu de chance Laurent Nuñez : il a plu ce qui n’était pas arrivé depuis plus de trois mois, et des rafales de vents ont singulièrement compliqué sa visite sur la base nautique de Corbière, dédiée aux minots des quartiers nord. Motif de sa présence : montrer les actions qui rapprochent les policiers des habitants, notamment ceux des cités. Un message subliminal mais une ficelle un peu grosse. En costume mais sans cravate, le numéro 2 du ministère de l’intérieur a fait le job, malgré des journalistes à la recherche de petites phrases sur les dossiers dénonçant des brutalités policières.

 

Sur la plage de l’Estaque, gamins des cités et policiers apprennent à s’apprécier 1Les dépliants de l’Office de tourisme affichent des photos idylliques des trois plages du site des Corbières et de leur panorama à couper le souffle sur la rade et la cité phocéenne. Atout supplémentaire, elles sont abritées du mistral et sûres pour les familles, car peu profondes. Ce que les cartes postales ne montrent pas, c’est l’envers du décor de ce quartier. Les tours et les barres d’immeubles des grandes cités du 16e arrondissement, aux premiers rangs desquelles la Castellane qui héberge à elle seule entre 6 000 et 8 000 habitants. Une population constituée de familles nombreuses souvent d’origine étrangère. Dans cette cité où le taux de chômage frise les 50%, les trafics en tous genres fleurissent. De nombreux jeunes sont tentés d’y prendre part notamment l’été quand ils sont désœuvrés. C’est à eux que s’adresse la base nautique des Corbières visitée par Laurent Nuñez hier après-midi. En été, tout est fait pour que les enfants et les adolescents qui ne partent pas en vacances trouvent sur ce site des loisirs à même de satisfaire les vacanciers les plus exigeants. Toutes les activités y sont gratuites : kayak, plongée, natation, voile, escalade. Elles sont encadrées par de nombreux animateurs mais placées sous la responsabilité de la Police Nationale. Un dispositif qui, selon le Major Philippe Brunetti, permet de nouer le contact. « Quelque 6 000 jeunes des cités viennent chaque année participer à nos activités. Des relations s’établissent entre les moniteurs et les élèves, affirme le responsable de la base nautique. On brise la glace. » Laurent Nuñez, qui a été préfet de police des Bouches-du-Rhône de 2015 à 2017, connaît parfaitement cette expérimentation qui relève de la prévention. Marseille faisant figure de « ville pilote » en la matière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite