Fermer

Madeleine, 103 ans, à la tête de cinq générations

Par Marie Le Marois

Journaliste

Madeleine (à droite) à la fin des années 40 avec ses filles, sa mère et sa grand-mère, toutes à sa charge.

Madeleine, 103 ans, est une femme exceptionnelle : un optimisme à toute épreuve, une vivacité d’esprit et surtout, fait rarissime, à la tête d’une famille « pentagénérationnelle ». A travers son histoire, c’est Marseille qu’elle raconte.

Madeleine, 103 ans, à la tête de cinq générations de femmes 8
Madeleine dit ‘’Mémé’’, née en avril 1916, a quatre filles, huit petits enfants, huit arrière-petits-enfants et une arrière-arrière petite fille.

Madeleine aimait l’école, c’était sa passion. Sauf quand son institutrice lui a reproché de faire des A « comme des casseroles pendues ». Elle a pleuré dans les bras de son grand-père, son idole, « un homme droit et bon ». D’origine italienne comme sa femme (« l’année où ma grand-mère est née, en 1860, Nice est devenu française »), il était responsable de la tonnellerie au Château de Plombière, aujourd’hui détruit. La petite Madeleine a vécu avec sa famille au château jusqu’à 10 ans puis déménagé quartier Saint-Lazare. 10 ans, c’est aussi l’âge de son unique bêtise : « Ma mère m’avait grondée car j’avais montré mon genou en croisant les jambes ».

Jeune fille, alors que les Marseillaises déambulent sur la Canebière avec leur ombrelle, Madeleine ne sort pas, « il n’y avait que les études qui comptaient ». Elle a 19 ans quand son père meurt dans ses bras des suites de la guerre, l’âge où elle réussit les trois parties du Brevet Supérieur, « j’étais la plus jeune institutrice de ma session ! » L’âge aussi où elle se marie avec l’apprenti boulanger de sa mère. « Il était charmant, droit, très beau malgré ses oreilles décollées. On s’embrassait, oui ! Mais pas sur les lèvres, ce n’était pas correct ». A ses débuts d’institutrice, elle gagne 32 francs par jour ! Mais trois ans plus tard, devenue sourde à la naissance de sa fille aînée, elle travaille dans la boulangerie de sa mère.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite