Fermer

Un havre de santé pour les 12-25 ans

Par Nathania Cahen

Journaliste

Dessin Jean-Michel Ucciani

Plus de 10 000 jeunes, issus des quartiers pauvres, adressés par des travailleurs sociaux ou par la Protection judiciaire de la jeunesse, et aujourd’hui souvent jeunes migrants, ont déjà poussé la porte salvatrice d’Imaje Santé. Depuis 20 ans, cette association marseillaise lutte contre le renoncement aux soins de 12-25 ans en détresse psychologique ou (et) physique.

 

Nous nous retrouvons à cinq dans un bureau de l’association, à deux pas de la rue d’Aubagne. Il y a là Émilie Touchot, la directrice, et trois soignants qu’elle a réunis pour mieux parler de ce centre atypique : Franck Descombas et Julie Arçuby, le plus ancien et la dernière arrivée chez les psychologues, ainsi que le Dr Ségolène Ernst.

« Nous recevons TOUS les jeunes, quel que soit leurs statut social. Mais faisons passer en priorité ceux qui se trouvent le plus en difficulté », expose Emilie Touchot. « Il y a une grosse déperdition de l’accès aux soins dans cette tranche d’âge, complète le psychologue clinicien Franck Descombas. Ici nous offrons à chaque jeune qui en a besoin un entretien individualisé, un suivi si nécessaire, le tout de façon confidentielle ce qui n’est pas toujours aisé dans certains quartiers. Sans nous substituer aux établissements de soins ».

L’écoute est la première étape. Immédiate quand l’urgence est palpable, avec un rendez-vous dans les deux semaines sinon. Un psychologue, un généraliste, une infirmière, une assistante sociale vont, selon les besoins, et en s’appuyant les uns sur les autres, identifier les maux, y remédier si possible. Orienter quand nécessaire vers d’autres structures partenaires, comme le Planning familial, des centres médico-sociaux ou les PASS (Permanences accès aux soins de santé) de l’hôpital.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite