Fermer

Dany, Sara Maria et les autres

Par Marie Le Marois

Journaliste

J’ai eu l’occasion de marauder une poignée de fois avec On se Gèle Dehors le mercredi soir : Prado, La Timone, Cantini… Parfois gare Saint-Charles quand il restait encore des dons entreposés dans les voitures. Dany, Sara Maria et les autres 2Depuis 2015, Daniel Jacquin son fondateur, dit « Dany », fait un travail incroyable auprès des personnes de la rue, avec beaucoup d’humilité et peu de moyens. Aidés de ‘’ses gentils’’, nom affectueux qu’il donne aux bénévoles reconnaissables à leurs gilets jaunes, cet homme chaleureux et plein d’humour offre boisson, repas et vêtements chaud. Mais surtout, il prend le temps d’échanger. Parfois de tout et de rien. Comme avec des potes. La singularité de cette association est également de fonctionner uniquement avec des dons et de tourner avec des bénévoles eux-mêmes à la rue. « Ils nous aident uniquement le samedi après midi sur la Canebière. Car le mercredi soir, ils ne peuvent pas : ils doivent réintégrer leurs centres d’hébergement », précise Dany. J’ai aussi rencontré la délicieuse Sara Maria, bénévole de la première heure. Surprise par son jeune âge, j’ai voulu en savoir plus sur ses motivations.

 

Dany, Sara Maria et les autresSara Maria, 22 ans, étudiante en 3e année d’école d’ingénieur à Aix, bénévole depuis six ans à On se gèle dehors

Chaque mercredi, c’est le même scénario. Sara épluche des légumes et prépare six litres de soupe qu’elle distribue le soir même en voiture à Youssef, Aïcha, Miche… Des habitués. Des cabossés de la vie. Dans le coffre des bénévoles, il y a aussi les invendues de la boulangerie, une marmite cuisinée, des vêtements chauds et des sacs de couchage pour passer l’hiver. Cette fidèle a rarement manqué un soir depuis que c’est une ‘’gentille’’. Elle a rencontré Dani en pleine maraude devant son lycée. « À cette époque, je descendais de temps en temps des petits plats en bas de chez moi, je demandais à ma mère de faire un peu plus à manger ! » Aider est naturel chez cette jeune fille que sa mère a élevée seule. Elle ne voit pas trop d’où ça vient. Tout juste fait-elle le lien avec son enfance : « Maman a été aidée quand mon père est parti »…  Ce qui lui a plu dans cette association ? Connaître les bénéficiaires des dons récoltés, donner sans compter, pouvoir prendre le temps de discuter. « Ils nous déballent leur semaine, leurs problèmes… Quand je peux, j’essaie de suivre les personnes. En extra ». Comme pour ce jeune, ex taulard, qui voulait se réinsérer. Cette étudiante lui a donné rendez-vous dans son centre RSA et fait le lien avec l’assistance sociale pour qu’il obtienne ses droits. Cette fan de mode – elle est mannequin photo et vendeuse dans un magasin de vêtement le samedi –  est la joie de vivre incarnée. D’ailleurs, elle rigole bien pendant les maraudes avec bénévoles et habitués, « on fait ensemble des vidéos qu’on poste sur Facebook ». Elle-même snappe à tout va et rameute comme ça ses copines qui donnent coups de main ou vêtements. Mais quand il s‘agit d’appeler les pompiers pour un SDF blessé, cette amazone redevient tout à coup sérieuse. Sa maman, Assistante Vie Scolaire en maternelle, était inquiète au début. Elle trouvait qu’elle s’épuisait à cumuler études, association et petits boulots. « Maintenant, elle a compris que soutenir les personnes dans la précarité fait partie de mon équilibre ». ♦

 

  • Les Besoins – Des bonnets, gants, sous-vêtement chaux, duvets. Des bénévoles. Des sous pour aider à payer le local situé derrière la gare Saint-Charles et entretenir la Danymobile, cagnotte ici.

On se Gèle Dehors, Dany, Sara Maria et les autres 1On peut également acheter du très bon vin ‘’Pour l’alouette sans-abris’’ au profit de l’association (voir ici)

  •  Contact – Dany : 07 85 57 33 76 ou sur sa page FB