Fermer

La générosité des gens du vin

Par Frédérique Hermine

Journaliste

Confrérie des Tastevins©Clos de Vougeot

Les domaines viticoles et entreprises du vin n’ont pas manqué d’idées pour soutenir chercheurs et personnels soignants dans leur lutte contre le coronavirus. En voici un large tour d’horizon.

De plus en plus de domaines, châteaux et entreprises vinicoles ont décidé, depuis le début du confinement, de participer aux efforts de guerre du milieu médical pour lutter contre le coronavirus. L’argent étant toujours, depuis des millénaires, le nerf de la guerre, les professionnels du vin redoublent d’imagination pour récolter des fonds reversés aux différentes fondations venant en aide aux personnels soignants ou à la recherche.

 

Un euro sur une bouteille, deux euros sur une caisse…

La société de négoce LSDA Vins de France est l’une des premières entreprises à avoir œuvré en ce sens. Les trois associés ont décidé mi-mars de reverser à l’Institut Pasteur 1€ sur chaque bouteille vendue des cuvées « Le Secret des Amants », pour aider à financer les recherches sur le Covid-19. « Il s’agit d’un petit geste pour rendre service en continuant notre activité que nous avons dû réorienter sur le net après la fermeture des restaurants et de nombreux cavistes, commente Christophe d’Arlhac, directeur général de la jeune société. Nous avons lancé notre activité il y a trois ans, grâce à des financements participatifs, et il nous a semblé normal de faire un effort de solidarité puisque cela nous a permis de nous développer via une campagne de crowfunding et fait donc partie de nos valeurs ». L’entreprise de vins a d’ores et déjà envoyé un message pour informer l’Institut Pasteur du don à venir. « me si ça ne représente pas des sommes énormes, c’est le geste qui compte, précise Christophe d’Arlhac. La période de collecte n’est pas encore définie, nous verrons plus tard et nous afficherons bien sûr l’attestation de don sur notre site et sur les réseaux sociaux ».

La générosité des gens du vin 2
Famille Latz, père et fils @DR

Le Domaine des Aspras (83) de la famille Latz, situé dans le célèbre village bio de Correns, au Centre Var, a choisi de reverser 2€ sur chaque carton vendu en ligne à la Fondation des Hôpitaux de Paris. Il applique pour cette opération le tarif professionnel (- 37% comparé au prix public), habituellement réservé aux restaurateurs et aux cavistes avec la livraison offerte partout en France à partir de cinq cartons de 6 bouteilles). « On peut pratiquer ce tarif, réservé d’habitude aux cavistes et restaurateurs, parce qu’ils sont fermés en ce moment, sinon ce serait de la concurrence déloyale pour ce circuit qui représente 70% de nos ventes, commente Sébastien Latz. Nous ne sommes pas aussi connus que les grandes marques de vin de Provence mais les commandes groupées arrivent par le bouche-à-oreille, souvent à partir d’une personne qui connaît le domaine ou la réputation du village ». Sur la région, Sébastien s’occupe de la livraison en direct avec son frère Alexandre. « Avec la crise, tout le monde doit mettre la main à la pâte. En ce moment, ça fait bouger et c’est d’autant plus agréable qu’il n’y a pas de circulation et en plus, on est toujours content de nous voir ». Dès la première semaine, les Aspras ont récolté près de 1 500 euros avec 750 cartons vendus ; ils ont  aujourd’hui dépassé les 3 000 euros, à reverser pour le personnel hospitalier « et sans défiscalisation, souligne Sébastien Latz. Il n’est pas question de récupérer d’une main ce qu’on donne de l’autre ».

Le château Saint-Esprit, près de Draguignan (83), a également reversé jusqu’au 30 avril 1€ par bouteille commandée en ligne à la Fondation des Hôpitaux de France. Pour inciter ses clients à commander, le domaine varois prenait même en charge gratuitement toutes les livraisons. Le château de Sannes dans le Lubéron (84), propriété de l’ex-patron du Medef, Pierre Gattaz, redonne également 1€ pour chaque bouteille du domaine achetée en ligne à la Fondation de France. Les fonds collectés sont reversés pour soutenir la recherche médicale, accompagner les personnes les plus fragiles, apporter de l’aide aux plus précaires et lutter contre l’isolement des plus âgés. Afin de renforcer le succès de cette opération, Sannes offre 20% de remise sur toute commande passée avant le 15 mai avec le code promotionnel Mobilisation.

 

Des participations à partir des ventes en ligne

Les sites pure-players de ventes de vin en ligne participent également aux actions de solidarité. Millésima, basé à Bordeaux (33), et la maison de champagne Billecart-Salmon se sont associés pour aider la lutte contre la coronavirus. Pendant la durée du confinement, 20% du montant des commandes de Billecart passées sur millesima.fr sont reversés à la Fondation Hôpitaux de France qui finance des livraisons de repas et des achats de biens de première nécessité pour les La générosité des gens du vin 3soignants, et des tablettes numériques pour rompre l’isolement dans les Ehpad. « Le but est d’aider à notre niveau, commente le président de Millésima Fabrice Bernard. Et nous communiquons sur l’opération pour inciter à quelques achats supplémentaires afin d’augmenter le don… ». Pour un carton de six bouteilles de champagne Brut Réserve à 225 euros TTC, il sera ainsi reversé 37,50 euros à la Fondation. L’offre est valable sur toutes les bouteilles, hors magnum, avec la précision sur le site du montant reversé par achat. « Nous avons mis en place ce partenariat avec Billecart-Salmon car ce sont eux qui ont réagi le plus vite à notre demande ».

Le site de ventes privées de bordeaux en ligne, 20h33, a annoncé également reverser 2% du montant des commandes passées sur le site pendant le confinement à la Fondation des Hôpitaux de France et publie sur sa page d’accueil un formulaire de don.

Le Petit Ballon, spécialiste de ventes de vin en ligne et par abonnement, a fait savoir qu’il faisait un premier don de 10 000 euros à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, en soutien aux personnels soignants face à l’épidémie du Covid-19. Ils correspondent aux 2 € prélevés sur chaque commande en ligne. « Une opération solidaire qui s’étendra jusqu’à la fin du confinement afin de récolter un maximum d’argent pour les hôpitaux », complète Martin Ohannessian, cofondateur de la société.

 

Des enchères de vin bordelaises
La générosité des gens du vin 1
@F. Hermine

On aurait pu croire que les ventes aux enchères, par ces temps difficiles, auraient marqué le pas ; il n’en est rien. iDealwine qui réalise 70% de son activité avec les enchères a même enregistré davantage de clients, sans doute grâce à une disponibilité accrue. Le site a néanmoins ralenti le rythme des ventes pour faire durer les stocks car avec une équipe réduite, il ne peut plus réaliser les expertises et les enlèvements de bouteilles chez les particuliers. Il s’est néanmoins mobilisé pour organiser une vente de grands crus du 27 avril au 7 mai dont l’intégralité de la somme récoltée sera reversée au collectif #ProtegeTonSoignant. Cette équipe multidisciplinaire, créée le 24 mars, identifie les besoins urgents émanant des hôpitaux pour acheter et acheminer du matériel médical le plus rapidement possible. Plus de 800 flacons, de la bouteille au salmanazar (9 litres), vont être proposés à la vente. Ils émanent de dons effectués par une centaine de domaines producteurs de vin et d’iDealwine qui a isolé dans ses stocks un certain nombre de flacons offerts aux enchères dans le cadre de cette vente. Outre son support logistique, la société reversera les frais (19% HT en sus des enchères) au collectif. À charge pour les acheteurs de s’acquitter des frais d’expédition ou de récupérer les vins dans l’entrepôt d’iDealwine (Colombes, 92) à l’issue du confinement. Le montant final est estimé entre 60 et 100 000 euros. Il alimentera la cagnotte citoyenne, accessible aux particuliers et aux entreprises, sur le site leetchi.fr.

Les Vins de Bordeaux et l’Office de Tourisme ont lancé une grande opération de solidarité, destinée à soutenir les professionnels des hôpitaux de Gironde. L’opération baptisée « Les vins de Bordeaux leur disent merci » consiste en une vente aux enchères grand public de vins qui se tiendra aux dates initiales prévues pour la grande manifestation biannuelle Bordeaux Fête le Vin, du 15 au 21 juin, reportée en 2021. Les bouteilles sont offertes par les châteaux et les négociants, le fruit sera reversé aux hôpitaux impactés par le Covid-19. Tous les opérateurs bordelais peuvent proposer vins ou séjours en chambres d’hôtes sur la plateforme ouverte jusqu’au 15 juin pour être ensuite vendus aux enchères. « 100% de la somme récoltée servira à acheter du matériel ou à améliorer la qualité de vie au travail au sein des hôpitaux ».

 

À boire et à manger

Le Clos de Vougeot, la confrérie des Chevaliers du Tastevin et le chœur des Cadets de Bourgogne apportent eux aussi leur soutien aux personnels soignants en préparant des colis de spécialités locales au sein du cellier cistercien qui sert d’entrepôt logistique depuis début avril en collaboration avec l’association Vive la La générosité des gens du vin 4Bourgogne-Franche-Comté et des artisans producteurs locaux. Dans les sacs, gougères au jambon persillé, moutarde Fallot, fromages des fromageries Delin, Berthaut, et Gaugry, des produits de la ferme Fruitrouge, des bouteilles de vin de Bourgogne, etc. Chaque semaine, 200 colis sont livrés avec le camion du château au CHU de Dijon et aux Hospices civils de Beaune. « Les retours des soignants sont nombreux, notamment via les réseaux sociaux et beaucoup ont pris le temps de nous envoyer des messages de remerciements, commente Arnaud Orsel, l’intendant général du Château du Clos de Vougeot. Cette initiative donne véritablement sens à la vocation de la confrérie qui est de véhiculer des valeurs fortes depuis la Bourgogne vers le monde entier ». 600 colis ont déjà été livrés. Par ailleurs, les cadets de la Bourgogne, cœur polyphonique bourguignon se produisant régulièrement au château du Clos de Vougeot, ont adapté la célèbre chanson « joyeux enfants de la Bourgogne » pour saluer les « glorieux soignants » du monde entier.

L’association À la Bonne Heure, soutenue par le monde du vin, a levé des fonds auprès de donateurs et mécènes privés, châteaux et domaines bordelais, ainsi que deux sociétés de négoce, pour livrer depuis début avril 450 repas par jour à une dizaine d’hôpitaux et établissements de soins bordelais. Ce collectif, créé au début du confinement, souhaite rester anonyme mais comprend, outre un chef et un traiteur en cuisine aidés par une cinquantaine de bénévoles, de nombreux producteurs partenaires.

 

Repos bien mérité pour le personnel soignant

Outre les dons, certains domaines viticoles ont mis à disposition leurs installations pour proposer au personnel soignant un accueil pendant leur mission ou un repos bien mérité quand ils pourront enfin faire une pause. Le domaine de Murtoli, domaine viticole et complexe hôtelier de luxe en Corse du Sud, dans la région de Sartène, ouvre ses portes au personnel soignant et met à leur disposition ses villas aménagées dans d’anciennes bergeries afin de les loger au cours de leurs missions. « Sartène demeure l’une des régions les plus impactées de l’île, c’était donc une évidence pour nous de proposer à toute personne du monde médical un hébergement au domaine », déclare le propriétaire Paul Canarelli. Quant au domaine Riberach à Bélesta, dans la vallée de l’Agly (66), il a décidé d’offrir au personnel soignant de trois établissements hospitaliers de Perpignan des journées de remise en forme dans l’écolodge avec restaurant aménagé dans l’ancienne coopérative viticole, à 30 km de Perpignan ♦