Fermer

Trois mois d’existence et plus de 200 000 euros levés par la Fondation de Marseille 

Par Nathania Cahen

Journaliste

Les casseroles s’activent pour aider les plus démunis 6Toute récente, la Fondation de Marseille avance à pas de géant ! En trois semaines, elle a réussi le tour de force de lever 200 000 euros d’aide pour ceux que l’épidémie et la période de confinement ont accablés. Mais comment fait-elle ?

 

Activée le 12 février dernier, sous l’égide de la Fondation de France, cette toute jeune fondation territoriale a été initiée par un quatuor de philentrepreneurs, cette génération de philanthropes qui a le cœur sur la main et un œil sur les finances. Tous ont des accointances plus ou moins récentes avec l’engagement social (bonus) et des envies de société plus solidaire. En la matière, dans leur ville de Marseille, il y a fort à faire.

 

Un outil financier neutre, non politique et laïque

Ils ont eu à peine le temps d’exposer leurs ambitions et leur modèle (un outil financier neutre, non politique et laïque ; des solutions innovantes et solidaires pour encourager l’égalité des chances ; la recherche d’un retour social sur investissement) que le coronavirus a déferlé sur la France. Très vite, devant l’ampleur de la crise sanitaire, éducative, alimentaire et sociale liée à la pandémie, ils décident de se focaliser sur les urgences. Le 17 avril, ils lancent #MarseilleSolidaire, investissent 15 000 euros dans l’opération, activent tous leurs réseaux au sein du monde économique et au-delà. Pour accélérer et soutenir les actions solidaires et inventives, qui se multiplient. Éviter la catastrophe humanitaire qui se profile dans certains quartiers.

 

Plus de 200 donateurs pour #MarseilleSolidaire

Le premier bilan dressé le 6 mai, au bout de trois semaines, force le respect : 200 000 euros de dons engagés par 170 particuliers (dont des patrons en leur nom propre) et 30 entreprises. Parmi ces dernières, les fondations Onet et Daher, la Compagnie Fruitière, Marsatwork, Invest in Provence, ou le Trois mois d’existence et déjà plus de 300 000 euros levés pour la Fondation de Marseille  2cabinet d’avocats Braunstein. Des artistes se sont également engagés à leurs côtés comme les rappeurs Alonzo et Akhenaton, ou le comédien Gregory Montel (le Gabriel de la série Dix pour cent), assurant la promotion de l’opération. Et puis le label Fondation de France est gage de sérieux et de solidité.

Sur ces dons, 70% ont déjà été affectés à une dizaine de projets identifiés (bonus). Ce qui représente quelque 27 000 personnes aidées. « En deux semaines, nous étions déjà à 130 000 euros, ce qui est énormissime », se réjouit Fabrice Necas, le président de la Fondation de Marseille. Leurs atouts : l’agilité et le choix d’affecter localement tout l’argent collecté. Cela les distingue de la Fondation de France, qui met en commun tous les dons pour les répartir entre ses actions, sans préférence territoriale. Mais forte d’une bonne connaissance du terrain, la maison-mère flèche les besoins et assure la liaison avec les porteurs de projets ou les associations. « Nous travaillons main dans la main, confirme Cécile Malo, déléguée générale Méditerranée de la Fondation de France. Le fait de mobiliser les entreprises dégage une aide très pertinente. Un tel relais est précieux, et satisfait ceux qui ont envie que leurs dons soient orientés localement ».

 

Une enveloppe de 3 300 euros pour les Femmes du Plan d’Aou

« Les femmes de Plan d’Aou » est l’une des dix structures accompagnées dans le cadre de #MarseilleSolidaire. Cette association, qui existe depuis plus de 30 ans, œuvre au quotidien auprès de familles du 15e arrondissement de Marseille : dans leurs démarches administratives, pour la distribution de colis alimentaires du Secours Populaire ou l’accompagnement des personnes les plus isolées de leur domicile à leurs rendez-vous médicaux. L’association tient également une permanence au centre social et organise des groupes de paroles avec l’École des Parents et des Éducateurs. Sa direction a signalé la précarité d’environ 50 personnes âgées et 10 familles avec enfants. Une enveloppe de 3 300 euros a été allouée pour apporter au domicile des familles les plus précaires une aide alimentaire d’urgence : denrées alimentaires, produits de première nécessité, soutenir les mamans dans l’accompagnement pédagogique des enfants (garde des enfants et aide aux devoirs), assurer la surveillance des personnes vivant seules via une visite quotidienne et assurer la livraison des médicaments pour les personnes malades.

 

L’implication du réseau

Trois mois d’existence et déjà plus de 300 000 euros levés pour la Fondation de Marseille  1
Fabrice Necas, Fabrice Alimi, Cyril Zimmerman, et Christophe Baralotto.

Plus généralement, la Fondation de Marseille souhaite avant tout être un outil pour les PME, celles qui recrutent et ont envie de faire évoluer le territoire. « Les grands groupes aussi peuvent nous rejoindre, mais on sait qu’ils ont déjà souvent leurs propres outils », précise le quatuor. « Mais il serait dommage d’être concurrents dans ce monde-là, d’éparpiller les forces », pointe Fabrice Necas.

Au-delà du soutien financier, la fondation table aussi sur l’importance du réseau de ses donateurs pour accompagner ou conseiller les porteurs de projets. « Un prolongement naturel des activités pour un entrepreneur qui a réussi », soulignent encore nos philentrepreneurs, convaincus que l’entreprise a un rôle social à jouer sur son territoire au service de l’intérêt général.

Pour Fabrice Necas, l’envie d’agir et d’utiliser ses qualités d’entrepreneur et son réseau le taraudait depuis pas mal de temps. « On a chacun notre histoire avec ce sujet, note-t-il. Pour moi c’était un rêve de partager mes forces avec cette ville que j’aime. Et il se réalise » ♦

Les casseroles s’activent pour aider les plus démunis 5

Bonus

  • Les 4 fondateurs– Fabrice Alimi, dirigeant-fondateur du Groupe AA-Novelis, à l’origine de TANDEM – le Hub du Mentorat porté par la CCI Aix Marseille Provence.
    Christophe Baralotto, co-fondateur de Provepharm et MailinBlack, à l’origine de Degun Sans Stage.
    Fabrice Necas, président d’Argeste, Cirocco, Voices’Prod, Mistral Events et Provence Mécénat, directeur général d’Only Pro Group, à l’origine de Provence Mécenat.
    Cyril Zimmerman, co-fondateur d’AdUX, de HiPay, de FelixCitybird, à l’origine du cinéma bistrot La Baleine et de l’école La Plateforme.

 

  • Les projets aidés dans le cadre de #MarseilleSolidaire – Les boulangeries solidaires Bou’sol (5 300 paniers distribués par semaine à plus de 21 000 personnes soit plus de 84 000 bénéficiaires), les Femmes du plan d’Aou, l’ALCV Saint Barthélémy, le Centre social Saint Jérôme les Balustres, l’association Hospitalité pour les femmes, Nouvelle Aube, Maison pour tous du centre social du Grand Saint Antoine.

Au total, plus de 6 000 personnes toutes catégories aidées (familles, enfants, personnes âgées, mineurs non accompagnés) ont déjà été épaulées.