Fermer

Le ZEF, exemple d’un théâtre qui renaît à la vie

Par Olivier Martocq

Journaliste

© Vincent Beaume

[Bref] Dans le sillage du déconfinement, la reprise s’annonce lente dans les théâtres. Même si partout (sauf en Île de France et à Mayotte jusqu’au 22 juin), les salles de spectacle peuvent rouvrir, beaucoup resteront fermées jusqu’en septembre. Les représentations et les tournées ont été annulées. Revenir en arrière s’avère en pratique impossible car les comédiens n’ont pour la plupart pas pu répéter. À quelques exceptions près. Ainsi, à Marseille, la scène nationale des quartiers nord, LE ZEF, entrouvre grand ses portes au public avec plusieurs propositions.

 

Installation vidéo pour salle de spectacle désertée
Le ZEF, exemple d'un théâtre qui renaît à la vie 2
@ Vincent Beaume

Jeudi et vendredi, Édith Amsellem a pu y animer un atelier avec un groupe de femmes du quartier. Intitulée « Lorsque la salle est de la chair vivante », cette proposition de circonstance rejoint sa prochaine création, « La Visite du théâtre », qui verra le jour au ZEF en mai 2022. La forme en était un atelier d’écriture avec captation vidéo et installation vidéo pour salle de spectacle désertée. Et le thème, l’évocation d’un cher disparu : le spectacle vivant.

À partir d’un questionnaire, chacune était invitée à se remémorer son expérience de spectatrice et à mettre des mots sur le lien personnel et particulier qu’elle entretient avec la scène. En accord avec chaque participant, Édith choisissait une des réponses au questionnaire en fonction de sa pertinence, de sa drôlerie, de sa justesse, de son à-propos et lui demandait de l’exprimer dans un fauteuil de la salle vide, face à la caméra de Margaux Vendassi. Deux autres ateliers se tiendront jeudi 16 et 23 juillet, de 19h à 22h (ouverts au public et gratuits sur réservation).

Moments partagés et cinéma de quartier

Cette action artistique publique fait partie des propositions imaginées par les artistes de la « bande » du ZEF. Ceux-ci vont permettre, petit à petit et avec un plaisir partagé, de rouvrir plus grandes les portes de cette institution culturelle.
Suivra par exemple « Le désir de regarder loin », un projet d’Ilaria Turba, artiste qui trace son chemin et fait escale pour fabriquer des objets porte-bonheurs avec tous les habitants et partenaires du territoire.

Autre projet, celui de Carole Costantini et Alexis Moati : des volontaires, professionnels ou amateurs invités à transmettre à un spectateur un texte littéraire qui leur est essentiel, le seul à sauver s’il le fallait, pour leur projet « Je porte un ange en filigrane » (dates à venir).
Quant au cinéma du ZEF, il se transformera sous peu en cinéma de quartier pour les vacances d’été, avec un programme spécial enfance et jeunesse.

C’est quoi un théâtre dans la cité ?

Pour autant, LE ZEF confiné a été tout sauf inactif : le théâtre a participé à la fabrication de 200 masques pour ses salariés et des habitants du quartier, participé au Groupe veille d’entraide sociale de la cité de la Busserine, créé des kits pédagogiques pour le soutien scolaire, réalisé des affiches d’information à diffuser pour les centres sociaux, photocopié des formulaires d’autorisations de sortie en français, en arabe et en pictogrammes pour ceux qui ne savent pas lire…

À la question « C’est quoi un théâtre dans la cité ? », Francesca Poloniato-Maugein, directrice du ZEF, répond : « Aujourd’hui la même chose qu’hier et que demain, inscrit dans la vie, mon théâtre, ton théâtre, notre évidence, notre besoin : au même titre que l’eau et l’électricité disait Jean Vilar. Trop jeune ou pas assez vieille pour l’avoir connu. Dommage, on se serait bien entendus ! » ♦