Fermer

Du cinéma indépendant avec la plateforme Shellac

Par Marie Le Marois

Journaliste

''Changement d'adresse'' de Emmanuel Mouret

[bref] Shellac, label de cinéma indépendant, vient de lancer sa propre plateforme de vidéos par abonnement. La programmation vise des films d’auteur, pour la plupart inédits en France.

Shellac est à la fois producteur de films, distributeur en salle, éditeur de DVD. Mais également, exploitant de salles indépendantes. Cette entreprise marseillaise ajoute une corde à son arc avec le Club Shellac : douze films par mois pour 4,99 euros, trois nouveaux films par semaine.

 

Films de référence et d’auteur

Du cinéma indépendant à la maison avec la plateforme Shellac 2Si le principe est le même que les géants Netflix ou Amazon Prime – un catalogue de films de plus de 36 mois via un abonnement, le contenu est à l’opposé. Loin des ‘’blockbusters’’ qui phagocytent le monde du cinéma.

Shellac propose en effet ce qui fait son ADN depuis 20 ans : du cinéma indépendant international, avec des films de référence mais aussi d’auteurs. Autrement dit, des films qui « nous bousculent, nous amènent à des endroits inhabituels », souligne Thomas Gastaldi qui travaille aux côtés de Thomas Ordonneau, fondateur de Shellac.

 

Films de découverte, parfois inédits

La plupart des films sont inédits – jamais sortis au cinéma -, notamment parce que « le parcours en salle est de plus en plus difficile ». Autre singularité de cette plateforme : le catalogue n’est pas un fourre-tout de films qui complique notre choix. Sélectionnée aux quatre coins du monde, la programmation est précise, logique et « marquée ».

 

Programmation fine et cohérente

Du cinéma indépendant à la maison avec la plateforme Shellac 1
 »The World is full of secrets » de Graham Swon

La cohérence se situe dans le thème, l’époque, le territoire ou l’auteur. Ainsi sont proposés en ce moment trois films new-yorkais, contemporains et inédits ; trois autres d’Emmanuel Mouret, réalisateur et scénariste d’origine marseillaise qui décrit comme personne la palette de nos sentiments. Ou bien encore, trois films racontant Marseille à trois époques différentes.

 

Une autre alternative aux salles pour les films d’auteur

Cette plateforme va-t-elle perdurer avec la réouverture des cinémas ? « Oui, car elle n’est pas née d’une opportunité, mais d’une réflexion entamée voilà deux-trois ans ». Shellac souhaite en effet trouver des alternatives à un cinéma qui peine de plus en plus à trouver sa place en salle. La société envisage même, pourquoi pas, de sortir en salle les films inédits en cas de succès. ♦