Fermer

Les Blouses Roses, au chevet des enfants… et des anciens !

Par Benjamine Lobier Milliat, le 29 juillet 2021

Journaliste stagiaire

L'équipe des Blouses Roses d'Aix-en-Provence @Les.Blouses.Roses.AixenProvence

[bénévoleS] J’ai rencontré une Blouse Rose d’Aix-en-Provence : Ninou Thustrup. Ancienne infirmière, depuis huit ans elle donne de son temps aux plus jeunes comme aux plus vieux. Les Blouses Roses apportent un peu de joie et de distraction aux enfants hospitalisés comme aux personnes âgées en Ehpad.

 

Ninou Thustrup, Blouse Rose et présidente du comité d’Aix-en-Provence, intervient à l’hôpital de la ville et à l’Ehpad Roger Duquesne. Infirmière à la retraite depuis 27 ans, elle a intégré l’association en 2013. Les Blouses roses écoutent, réconfortent, distraient mais surtout apportent de la joie aux personnes hospitalisés ou vivant en Ehpad. Car, contrairement à l’idée répandue, les enfants malades ne sont pas les seuls à bénéficier de leurs attentions.

Après quelques interventions dans des services d’hémodialyse et de pédiatrie, c’est la gériatrie qui a finalement pris son cœur : « Ce qui m’a beaucoup touchée, quand je suis arrivée dans cette maison de retraite, c’étaient les regards et les sourires », se souvient la bénévole, émue. Mais l’ancienne infirmière reste polyvalente, fréquentant les services de cardiologie comme d’oncologie. Là où le besoin se fait sentir.

 

Jeu de loto et dégustation de glaces

« J’avais envie de donner mon temps dans une association », confie-t-elle encore. Tous les lundis, elle se rend donc à l’Ehpad Roger Duquesne. Avec ses comparses, elles organisent des jeux de société (des lotos par exemple) ou encore des dégustations de glaces. Elle intervient aussi auprès de personnes autistes et trisomiques du centre des Parons. Ce qu’elle apprécie chez les Blouses Roses c’est le dynamisme et la mixité parmi les bénévoles, qui comptent des étudiants comme des retraités.

Pour Ninou Thustrup, chaque matin, c’est réunion « pour garder le contact ». Suivie parfois d’un déjeuner pour dissuader celles ou ceux (et oui, 10% sont des hommes) qui veulent quitter l’association. En moyenne, quatre ou cinq heures de son temps hebdomadaire sont dédiées à cette belle cause. Un sourire se dessine sur son visage lorsqu’elle me parle de ses « petits vieux » : « Il faut les gâter, ce n’est déjà pas drôle pour eux ». Différents cadeaux leurs sont offerts: des chocolats pour Pâques, une borne musicale, pour « jouer des musiques d’autrefois ». Et même un piano.

 

L’année 2020 et l’apparition du Covid

L’équipe aixoise compte 65 personnes à ce jour, même si elle a dû encaisser quelques départs en raison des différents confinements et de la situation générale. « En février de l’année dernière, j’ai donné ordre à toutes les équipes de tout arrêter. Depuis, nous ne sommes pas retournés dans les hôpitaux », explique-t-elle. Une reprise des activités bénévoles en milieu hospitalier n’est toujours pas prévue.

Ninou Thustrup, infirmière à la retraite et Blouse Rose 1
Ninou Thustrup en pleine animation loto au centre Roger Duquesne @Les.Blouses.Roses.AixenProvence

Dans les Ehpads, c’est la misère sociale qui l’a le plus marquée. Surtout depuis l’année dernière. On le sait, les personnes âgées comptent parmi les grands oubliés du confinement. Tout est devenu plus compliqué avec l’arrivée du Covid. Les projets sont ralentis et les missions gelées. Le pass sanitaire complexifie encore les choses pour les bénévoles, qui devront être vaccinés. Ceux qui ne le souhaitent pas auront certainement à quitter l’association car l’accès aux établissements de santé leur sera refusé.

 

Devenir Blouse Rose

L’association est née à la fin de la 2e Guerre mondiale et a pris le nom de Blouses Roses en 2008 seulement. Quelles sont les conditions pour les rejoindre ? « Aucune ! », répond Ninou Thustrup. Il faut simplement être majeur, avoir moins de 75 ans et se montrer volontaire. Beaucoup d’étudiants deviennent bénévoles pour une année universitaire, et plus si affinités. « Il n’y a pas besoin d’être médecin ou infirmière puisque lorsque l’on rentre dans l’association, on ne met pas son métier en application. Surtout pas ! ». Cependant, des formations sont prévues pour expliquer à chaque nouveau venu ce qu’il peut et ne peut pas faire – ne pas afficher sa religion, parler politique ou encore évoquer ses problèmes personnels.

L’équipe nationale réunit une fois par an toutes les présidentes autour de formations obligatoires et d’échanges adaptés à l’actualité et aux besoins.

Pour collecter des fonds, des évènements sont régulièrement organisés : le Marché de Noël installé une semaine en décembre dans le hall de l’hôpital d’Aix pour la vente d’objets « fabriqués main » ; la vente de brioches offertes par Carrefour, durant le mois Rose en octobre. « On récolte de l’argent aussi grâce à des partenaires comme Ikea, Welcome Family… ou encore des dons de particuliers », explique l’ancienne infirmière.

Retrouvez-les le 12 septembre à Aix au salon de la vie associative et du bénévolat « Assogora », sur le Cours Mirabeau. ♦

 

Bonus
  • Pour devenir Blouse Rose. Il faut se rendre sur leur site dans la rubrique Je deviens bénévole, renseigner vos informations et le service « recrutement » s’occupera de vous recontacter.
  • L’association. Reconnues d’Utilité Publique, les Blouses Roses restent une association de terrain. 5 300 bénévoles et 4 salariés au siège national œuvrent quotidiennement pour plus d’un million de bénéficiaires. Il existe 90 comités en région.
    En 2019, le budget annuel des Blouses Roses (Siège national et comités) était environ de 2 millions d’euros.

 

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?