Fermer

Y’a d’la Joie : de la musique pour redonner le sourire aux sans-abris

Par Marie Le Marois avec Galaad Schnerb, stagiaire, le 27 décembre 2023

Journaliste

Les bénévoles de Y'a d'la joie, association qui égaye les rues avec ses chansons et sa bonne humeur. DR
Depuis 2019, Y’a d’la Joie organise des maraudes musicales pour les personnes de la rue. Créée à Paris par deux lycéennes, l’association compte aujourd’hui une dizaine d’antennes partout en France et 450 bénévoles.

Dans leur besace, pas de denrées alimentaires ni de vêtements, mais une guitare et un carnet de chants. Les bénévoles de Y’a d’la Joie arpentent les rues à la rencontre des personnes en situation de grande précarité. Et chantent avec elles.

Reconnaissables à leur tee-shirt jaune au nom de l’association, les musiciens demandent avec simplicité aux sans-abris qu’elle est leur chanson préférée parmi celle de leur répertoire. ‘’La Bohème’’ de Charles Aznavour, ‘’Je te donne’’ de Jean-Jacques Goldman ou bien encore ‘’Allumer le feu ‘’ de Johny Halliday – « des chants compilés sous forme de doc en pdf », précise Clémence de Calonne, une des deux co-fondatrices. 

La musique provoque la rencontre

Y’a d’la joie n’est pas sans rappeler la chanson éponyme de Charles Trenet ©DR

L’accueil est assez « variable ». « Soit les gens de la rue sont contents, et l’accueil est hyper chaleureux. Soit ils n’ont pas envie et ils nous le disent simplement ». Il arrive également qu’ils ne soient pas « emballés » au départ et partants plus tard. Il n’est pas rare qu’un bénéficiaire s’empare de la guitare et propose une musique à son tour. La chanson la plus demandée ? ‘’Aux Champs Elysées’’, de Jo Dassin. « C’est la chanson la plus connue et la plus facile à jouer ! ».

Les deux amies étaient au lycée, dans la banlieue parisienne, lorsqu’elles ont eu l’idée d’apporter de la joie par la musique. « Nous étions à un camps dans les Alpes organisé par la paroisse de notre ville. On nous a demandé de réfléchir à la manière de se mettre au service des autres et nous, on adorait le chant », résume la musicienne du tandem, convaincue que la musique est un bon moyen pour provoquer la rencontre.

♦ Pour rejoindre une maraude pendant ou après les fêtes, c’est ici

Un album et un concert

Des bénévoles de Y’a d’la joie @DR

Le groupe de bénévoles s’est étoffé au fil des années. Mais « il va vraiment crescendo depuis l’album de musique que nous avons produit avec les gens de la rue », explique celle qui étudie aujourd’hui en Master 1 management culturel. Vivace a vu le jour avec huit titres en 2022 Et donné lieu cet été à un concert à Lisbonne dans le cadre des JMJ (Journées mondiales de la jeunesse).  

Quatre ans après sa création, Y’a d’la Joie est présent dans une dizaine de villes – Bordeaux, Toulouse, Angers, Nantes, Lille, Versailles, Rouen, Poitiers, Lyon, Paris, Marseille…  Et compte 450 bénévoles, « surtout des étudiants ». La proposition instrumentale s’est étoffée avec violon, saxophone, trompette et accordéon. La joie, elle, est restée pure et intacte.

YouTube player