Fermer

Les enfants « précoces » mieux repérés

Par Nathania Cahen

Journaliste

Photo @Jean-Pierre Vallorani*

Les cours de récréation doivent en être remplies vu le nombre de parents qui devisent ou s’inquiètent au sujet de leur enfant précoce, surdoué, à haut ou très haut potentiel intellectuel (HPI). La proportion de 2,3% de la population n’a pourtant pas bougé assure la psychothérapeute Jeanne Siaud-Facchin.

 

Elle les a surnommés les « zèbres », terme qui s’est imposé à Jeanne Siaud-Facchin en 2002, « parce que ces enfants sont de drôles de zèbres et me font penser à cet animal dont le pelage rayé, unique, crée un effet stroboscopique lorsqu’il court. Un animal qui a besoin de la compagnie de son troupeau car il n’aime pas vivre seul ». En dépit des apparences, leur nombre reste constant à 2,3% de la population, tous milieux confondus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite