Fermer

Souvenirs du passé et réalité virtuelle pour freiner Alzheimer

Par Agathe Perrier

Journaliste

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer perdent la mémoire, mais aussi le goût de la vie. Dépression, anxiété, apathie les touchent rapidement de plein fouet après le diagnostic. Si le déclin est irrémédiable, des solutions existent pour leur permettre d’apprécier malgré tout leur quotidien. Le centre hospitalier d’Allauch approfondit ainsi des recherches recourant à la réalité virtuelle.

Première cause de démence chez les seniors, Alzheimer concerne près d’un quart de la population après 80 ans (23%). On le sait, ce mal incurable entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions cognitives. « Notamment la mémoire épisodique, c’est-à-dire celle des événements récents, atteinte dès le début de la maladie. Les personnes peuvent se rappeler de leur enfance, mais pas de ce qu’elles ont fait la veille », schématise Aurore Di Costanzo, psychologue dans le service de soins de suite et de réadaptation au centre hospitalier d’Allauch. Un dysfonctionnement des souvenirs qui joue sur l’humeur des malades. 60% d’entre eux présentent en effet de l’anxiété et 53% une dépression, selon l’experte. Des troubles que la réalité virtuelle pourrait éviter ou du moins réduire.

 

Faire ressurgir les émotions du passé

Pour améliorer l’humeur des personnes atteintes d’Alzheimer, l’idée d’Aurore Di Costanzo est plutôt simple : stimuler leur mémoire autobiographique – la plus ancienne – via des casques de réalité virtuelle les replongeant dans des univers rappelant leur passé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite