Fermer

« L’œil du loup » à l’affût des inégalités de genre et des violences

Par Audrey Savournin, le 18 janvier 2024

Journaliste

Les trois animatrices de l'association L'oeil du loup se rendent notamment dans les établissements scolaires pour déconstruire les stéréotypes filles-garçons. @ DR
Depuis 2015, l’association marseillaise L’œil du loup promeut le bien-être et le vivre-ensemble afin de prévenir les violences sexuelles et sexistes ainsi que les discriminations. Elle a été créée par une psychologue sociale, Laureline Carbuccia, et une conseillère conjugale et familiale, Johanne Ranson. Et s’attaque notamment aux stéréotypes en s’appuyant sur le développement des compétences psycho-sociales et du bien-être de chacun. Pour favoriser la qualité de la relation à soi et aux autres.

L’œil du loup. C’est le titre d’un roman jeunesse de Daniel Pennac dans lequel le loup d’un zoo et un petit garçon, plongent dans le regard et la vie l’un de l’autre. C’est aussi le nom d’une association marseillaise œuvrant « pour un regard différent ». Sur soi, sur l’autre, sur le monde, sur les inégalités de genre et les violences sexuelles et sexistes. Une structure créée en 2015 par Johanne Ranson et Laureline Carbuccia pour prévenir ces violences et ces discriminations en utilisant la promotion du bien-être et en développant les compétences psycho-sociales (CPS) (voir bonus).

Les compétences psycho-sociales, élément clé

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.