Fermer

Nes & Cité recrute hors des sentiers battus

Par Nathania Cahen, le 3 janvier 2024

Journaliste

À Vaux-en-Velin comme à Marseille, c’est un trait d’union entre le monde économique et les quartiers : Nes & Cité déploie depuis plus de vingt ans des méthodes d’accompagnement vers l’emploi décalées et adaptées à un public en rupture. Notamment des job dating ciselés, comme celui auquel j’ai assisté en décembre.

La Rouguière, environ 2000 habitants, est l’un des 13 quartiers de la Politique de la ville (QPV) de la métropole marseillaise. C’est une petite cité excentrée, dont la situation géographique est diamétralement opposée à celle des quartiers nord. Nous sommes non loin des collines qui se déclinent en direction d’Aubagne. Vendredi 14 décembre. Il est 13h et dans le hall de la Maison pour tous s’étire une file d’hommes et de femmes.

Une fois leur nom pointé, tous passent dans la grande salle lumineuse où des tables ont été installées en îlots. Securitas. Manpower. VOAT. Pôle Emploi (lire bonus)… Des entreprises, structures et associations intéressées par ce « Job & Cité Urban ». Car le cabinet d’actions et d’innovations Nes & Cité, né à Vaux-en-Velin (69) en 2001 et implanté à Marseille depuis 2019, déploie en effet des méthodes originales pour promouvoir l’égalité des chances face à l’emploi. Pour débusquer les « invisibles » (lire bonus) et accompagner les candidats des QPV.

Nes & Cité recrute hors des sentiers battus
Job dating dans la Maison pour tous du quartier de La Rouguière, à Marseille ©Marcelle

Agent de sécurité, aide à domicile, chauffeur-livreur…

Escale au stand de l’entreprise de sécurité Securitas, tenu par deux salariés. Nabil, 47 ans, habitant du 11e prend place, tend son CV, explique ses motivations. On lui pose trois-quatre questions sur son expérience, sa motivation, sa mobilité… Jimmy, un cadre commercial de 35 ans lui succède. Lui vient des quartiers sud de la ville car il a eu connaissance de ce job dating via le site de Pôle Emploi. Son dernier contrat est sur le point de se terminer, il ne supporte pas la perspective du chômage. Jimmy joue cartes sur table : « moi rester debout devant une entrée ou assis dans une voiture durant des heures, ça ne m’intéresse pas. Mais vendre de la sécurité, ça oui ! ».

Un peu plus loin, Thierry Meunier tient le point Voat (à prononcer vo-a). Je ne connais pas cet organisme de formation labellisé Qualiopi, qui s’inscrit dans la création de ressources dans le secteur du « prendre soin ». Aujourd’hui, Thierry Meunier est là pour recruter des ADVF (assistant de vie aux familles), « des aides à domicile pour s’occuper d’enfants, de personnes âgées ou handicapées. Nous privilégions les critères de savoir-être. Tout candidat retenu reçoit une promesse d’embauche assortie d’une formation dédiée », précise l’ancien DRH. Il a déjà rencontré un monsieur, « mais il ne peut pas porter de charges lourdes, donc ça ne convient pas. Il faut parfois soutenir une personne âgée… ».

  • Nes & Cité, c’est à ce jour 140 quartiers pris en compte, plus de 7000 recrutements et quelque 240 événements autour de l’emploi –

« Je vais crier de bonheur »

Nes & Cité recrute hors des sentiers battus 1
L’entretien de Koudouo avec Thierry Meunier de Voat © Marcelle

Maintenant Koudouo est assise face à lui. Pimpante, affable, cette dame qui ne fait pas ses 60 ans a auparavant été ASH (agente de services hospitaliers) dans une clinique marseillaise. L’entretien semble en très bonne voie. « Pour moi, le dossier convient. De votre côté, vous réfléchissez un peu, et vous vous inscrivez à Pôle Emploi car c’est indispensable pour bénéficier de la formation », commente Thierry Meunier en rangeant précieusement le CV. « Je vais crier de bonheur », prévient Koudouo dans un immense sourire.

Un peu plus loin, dans le coin où on attend son tour, Naïma, 45 ans, se raconte : « Je suis couturière traditionnelle à domicile. Avant je travaillais dans un atelier qui a fermé. J’aime bien le travail en équipe, mais en deux ans je n’ai rien trouvé. Je vais donc tenter l’aide à domicile ».

Une société de rénovation en bâtiment, dont c’est la première participation à un tel forum emploi, n’a pas trop de succès. « Nous avons un poste de chauffeur-livreur à pourvoir. Il faut le bon permis et une bonne carrure pour la manutention. Le candidat que nous venons de voir n’avait pas le physique pour… Ni le menta,l car il faut gérer la pression en ville – circulation, stationnement, efficacité… » Ils repartiront bredouilles. Tout comme l’équipe d’Unis-Cités qui espérait recruter des jeunes pour des services civiques.

L’agence d’intérim Manpower est également présente. « Pour certains secteurs en tension, comme la logistique, la comptabilité, l’électricité ou le secrétariat, il est souvent compliqué de trouver le bon candidat ». Marina Larvor Chareyron poursuit : « En une heure, j’ai discuté avec 13 personnes et j’estime que dix sont des candidats pertinents, susceptibles de correspondre à un poste ». Elle a de surcroît recommandé à chacun de déposer un CV en ligne sur la CVthèque de Manpower.

Près de six mois pour préparer l’événement

Un tel job dating a demandé beaucoup de préparation en amont. « Pas loin de six mois, assure Danielle Andreani, directrice régionale de l’antenne Paca Nes & Cité. Nous avons au préalable rencontré des entreprises et des candidats. Notre ADN, c’est le street sourcing, le ‘aller vers’. On fait du Pôle Emploi hors les mur. En horaires décalés : le soir, le week-end… Et sur site : dans les quartiers, chez les habitants, dans les clubs de sport ou les commerces. Des médiateurs en ressources humaines quadrillent les secteurs visés ». Un diagnostic du territoire est réalisé, qui permet de solliciter les bonnes entreprises, pour que le jour J, il y ait adéquation entre l’offre et la demande.

Pour réaliser ce tour de force, différents partenariats sont engagés : avec Pôle Emploi et les centres sociaux d’abord « car ils connaissent le public », mais aussi le préfet à l’égalité des chances.

Nes & Cité recrute hors des sentiers battus 2
Danielle Andreani, directrice régionale de Nes et Cité en PACA © Marcelle

« Un savoir-faire 100% français »

À l’origine de Nes & Cité, il y a 20 ans, un homme décidé, Abdel Belmokadem (son portrait en bonus). Son envie ? « Faire partie de l’équipe de France de l’emploi et défendre l’égalité des chances, même si on est une très petite entreprise de banlieue ! ». Pour cela, l’action de ses équipes se déploie dans trois domaines : la médiation, l’événementiel et le recrutement. Ancien boxeur, Abdel Belmokadem fait souvent le déplacement depuis Vaux-en-Velin pour assurer le renfort lors des événements organisés à Marseille. Souvent dans des cités du nord de la ville, la Paternelle, la Bricarde, Castellane…

Les résultats sont selon lui très satisfaisants : « Sur les 66 candidats présents, 32 ont décroché un second entretien en entreprise ». Globalement, sur une opération comme celle-ci, à J+3 mois, 40% des candidats sont embauchés.

De bons résultats. À telle enseigne que Nes & Cité gagne de nouveaux territoires. La structure a remporté un appel à projet dans les Alpes de Haute-Provence, pour décliner ses méthodes dans le monde rural. « Nous mûrissons un projet avec la DDETS 04, confie Abdel Belmokadem. Nous pensons notamment à des bureaux ambulants – ce serait une première ! » ♦

*Rush on Games, parrain de la rubrique « Économie », vous offre la lecture de l’article dans son intégralité *
Bonus

[pour les abonnés] Pôle Emploi et Nes & Cité – Le parcours d’Abdel Belmokadem – 733 000 jeunes de 15-29 ans complètement invisibles –

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.