Fermer

Des champignons cultivés dans d’anciennes mines d’ocre

Par Marie Le Marois, le 13 mai 2022

Journaliste

Les carrières de Roussillon, dans le Luberon, ne servent plus depuis longtemps pour l’extraction de l’ocre. Elles sont en revanche parfaites comme champignonnières. Depuis 2021, Terra Mycota y cultive trois variétés de champignons bio, goûteux et supernutritifs. Sans rapport avec ceux de Chine, principal producteur.

 

mines d'ocre
Carrière Terra Mycota avec entrées de la mine. @Marcelle

Le Massif des Ocres, étendu sur 25 kilomètres entre Goult et Gignac (Vaucluse), est grandiose. Ses falaises fauves tranchent avec une coiffe végétale verdoyante et souvent un ciel bleu électrique. Il doit sa splendeur à l’érosion naturelle conjuguée à l’exploitation humaine. Dès le XVIIème siècle, les hommes ont en effet extrait l’ocre, en creusant à la pioche et à la lampe à carbure des kilomètres de galeries en voûtes d’ogive.

Ce pigment naturel était utilisé autrefois pour le crépi des maisons. Mais entrait aussi dans des compositions insoupçonnées, comme les croûtes de fromage ou le caoutchouc. La production a atteint son apogée en 1929 puis décliné, en raison notamment de l’apparition des colorants de synthèse. De nos jours, il ne reste plus qu’une carrière encore exploitée (voir bonus). Les autres ont été abandonnées.

 

  • La partie souterraine du champignon – le système racinaire – s’appelle le mycélium. La partie émergente se nomme sporophore, c’est l’appareil reproductif.

 

L’environnement idéal

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?