Fermer

Quand les comédiens la jouent collectif

Par Agathe Perrier, le 22 novembre 2021

Journaliste

Le collectif La Réplique a été créé à Marseille il y a tout juste 40 ans autour des comédiennes et comédiens désireux de coopérer © Photo d'illustration, Pixabay

Comme les danseurs, les comédiens ont constamment besoin d’exercer leur corps, leur tête et aussi leur voix. Un entraînement compliqué dans ce métier assez solitaire. Un certain nombre d’entre eux se sont donc regroupés dans un collectif, baptisé La Réplique, pour s’entraider et partager également leur carnet d’adresses. Une coopération vectrice de rencontres et d’opportunités professionnelles.

 

Le métier de comédien n’a rien de linéaire, bien au contraire. D’un rôle sur l’autre, la façon de jouer n’est pas identique. Une diversité que les professionnels doivent maîtriser mais qu’il n’est pas facile d’acquérir seul. C’est là l’essence même du collectif La Réplique, créé à Marseille il y a tout juste 40 ans. Dès le début des années 1980, des comédiennes et comédiens ont en effet compris l’intérêt de coopérer, en travaillant ensemble sur de nouveaux textes ou en partageant les frais d’une formation par exemple. « Car, en dehors des périodes de production, on doit exercer son corps, sa voix, sa tête, pour s’entraîner, se former, diversifier ses pratiques », expose Valérie Trébor, l’actuelle vice-présidente du collectif (après de nombreuses années passées à sa tête). Il compte aujourd’hui entre 300 et 400 adhérents, dont une centaine sont très actifs.

 

collectif-replique-comediens-marseille
Les comédiens proposent des ateliers pour travailler à plusieurs différentes techniques ou textes par exemple © DR

Créateur d’opportunités

En 40 ans d’existence, La Réplique a bien évolué. Et s’est structurée aussi. Avant, lorsqu’un comédien souhaitait approfondir tel texte ou telle technique, il passait le mot à ses camarades et tous se réunissaient. Mais certains projets pas assez cadrés ont suscité des mécontentements. Décision a donc été prise de mieux organiser ces sessions communes. « Ce sont toujours les comédiens qui proposent des ateliers. Mais une de nos salariés s’assure quand même de leur pertinence », souligne Valérie Trébor.

Des « affiliés », des professionnels autres que des comédiens (réalisateurs, scénaristes, producteurs), peuvent également proposer des stages d’entraînement. Des moments d’échanges de pratique pour nourrir ses compétences, qui débouchent souvent sur des opportunités. « Récemment, un metteur en scène m’a rappelé après un stage pour bosser ensemble », raconte Éric Schlaeflin, comédien de métier et trésorier de l’association. Valérie Trébor possède aussi son lot de belles histoires. Comme sa rencontre lors d’un stage du collectif en 2006 avec Eva Doumbia, metteure en scène et auteure. « Elle m’a recontactée deux ans plus tard pour un projet théâtral qui nous a amenées à faire une tournée au Brésil », se souvient-elle. Les exemples ne manquent pas chez les adhérents.

 

 

stage-immersion-cinema-marseille
Des stages sont aussi proposés par des professionnels, comme ici un stage immersion caméra © DR

De l’associatif et du professionnel

Pour compléter ce travail collaboratif et associatif, La Réplique s’est lancée dès 2006 dans la formation professionnelle continue. Cet automne est par exemple proposée une formation aux techniques théâtrales appliquées à l’animation d’ateliers. Début 2022, il y en aura une sur les modalités particulières du casting ou pour apprendre à maîtriser sa voix pour des enregistrements destinés aux productions audiovisuelles et multimédia. Toutes assurées par des professionnels du secteur et ouvertes aux comédiens ayant des droits à la formation auprès de l’Afdas, l’opérateur de compétences du monde culturel.

Sept formations, dont le coût est pris en charge par l’Afdas, sont en moyenne programmées chaque année. Les comédiens n’ont rien non plus à payer pour les ateliers et stages. Seule une adhésion annuelle de 50 euros maximum est requise (bonus). Cette dernière n’est d’ailleurs pas automatiquement accordée. « Il faut montrer patte blanche », plaisante Valérie Trébor. Et de préciser : « La personne doit être dans un parcours artistique reconnu et accepter d’ouvrir son carnet d’adresses aux autres. On a tous quelques chose à recevoir mais aussi à apporter ». L’échange et le partage, valeurs fondamentales du collectif.

 

 

association-collectif-comediens-replique
Outre Marseille, on trouve une antenne de la Réplique aussi à Avignon et Toulon © DR

Ovni culturel

La Réplique compte sept salariés dont le rôle est de faciliter la mise en œuvre de toutes les actions. Cela passe notamment par la recherche de salles où s’entraîner. « On navigue entre pas mal d’espaces à la Friche Belle de Mai et ailleurs, dans certains théâtres par exemple. Ce n’est pas simple depuis la crise car tous sont pris d’assaut », explique Éric Schlaeflin. Avec la fermeture des lieux culturels, de nombreuses représentations prévues en 2020-2021 ont en effet été décalées. C’est donc aujourd’hui un peu embouteillé pour avoir accès aux salles de répétition. En revanche, le collectif n’a pas besoin de scène puisqu’il ne monte pas de spectacles.

Avec sa multitude de casquettes entre transmission, partage, recherche, expérimentation de pratiques et formation professionnelle, La Réplique fait figure d’ovni dans le monde culturel. En région Provence-Alpes-Côte d’Azur et plus généralement en France. « D’autres structures proposent de la formation professionnelle mais elles n’ont pas ce côté collectif », considère Valérie Trébor. Une différence que l’équipe compte bien entretenir, pour 40 ans encore minimum. Et déployer aussi. Outre Marseille, des antennes sont d’ores et déjà ouvertes à Avignon et Toulon, où des activités sont proposées ponctuellement. Pas encore assez étoffées pour tenir le rôle de « Réplique bis ». ♦

 

Bonus 

  • Comment adhérer à La Réplique – L’adhésion est réservée aux comédiennes et comédiens professionnel(le)s et aux personnes issues d’autres professions du secteur. Le tarif de la cotisation est de maximum 50 euros (gratuite pour la première adhésion des moins de 27 ans). Plus d’infos sur le site du collectif en cliquant ici.
  • La Réplique, frichiste depuis 2009 – Le collectif a posé ses valises dans un local de la Friche la Belle de Mai, lieu culturel emblématique du centre de Marseille. Auparavant, l’association a d’abord été installée au grand domaine (boulevard des Dames, dans le 2e arrondissement) puis au pôle média.
  • D’autres structures proposant de la formation ou de l’entraide aux comédiens – On trouve notamment l’AAFA (l’association des actrices et acteurs de France associés) à Paris, dont une des missions est de favoriser les échanges, la réflexion, l’entraide et le dialogue entre les comédiens et tous les autres participants de la chaîne créatrice d’une œuvre. Plus proche de nous, à Lyon, Les Messieurs Utopiques proposent des formations à destination des comédiens, des artistes de scène et des étudiants.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?