Fermer

Quand apprendre à lire devient vraiment un jeu d’enfant

Par Agathe Perrier

Journaliste

Archive © Agathe Perrier

Les lettres en miroir – b et d, p et q – jouent souvent des tours aux enfants qui apprennent à lire et écrire. Deux neuroscientifiques, Felipe Pegado et Sidarta Ribeiro, ont développé un programme pour surmonter ces difficultés, basé sur des exercices simples et sans matériel particulier. Résultats : au bout de trois semaines seulement, les écoliers ne confondent plus ces lettres, contre deux à trois ans en suivant le schéma scolaire classique. Ce qui engendre une lecture bien plus fluide.

 

felipe-pegado-neuroscientifique-lecture-enfant
Felipe Pegado © DR

Petit(e), vous avez peut-être déjà buté sur les fameuses lettres en miroir. Un b pris pour un d, ou inversement, un p pour un q, voire un z pour un s. Rien d’étonnant d’après Felipe Pegado, neuroscientifique et coauteur d’une étude sur le mécanisme « d’invariance en miroir ». C’est ce dernier qui permet à l’être humain de reconnaître vite et sans difficulté des visages, des objets ou des lieux, à la fois sur le profil gauche et droit, en faisant une « copie à l’envers » dans le cerveau.« Par contre, lorsqu’un enfant commence à lire ou écrire, ce mécanisme l’empêche de reconnaître rapidement les lettres. Et entraîne une confusion sur l’orientation des lettres, en particulier sur les paires de lettres en miroir », explique le chercheur.

Rien d’irrémédiable heureusement : à force d’entraînement, l’amalgame s’estompe. Mais cela prend du temps, généralement deux à trois années, voire davantage pour les dyslexiques. Or, comme le souligne Felipe Pegado, une lecture fluide participe à la bonne compréhension de ce qu’on lit. Et en butant sur les lettres, les enfants ne ressentent pas le plaisir de lire. Un mauvais départ qui peut avoir des conséquences négatives sur la scolarité (bonus). D’où l’idée du neuroscientifique : créer un programme pour dompter le mécanisme d’invariance en miroir en un rien de temps.

 

 

Jeux multisensoriels et sommeil

C’est dans une école au Brésil, pays dont il est originaire, que Felipe Pegado a mené son expérimentation. Des élèves d’une classe de CP ont été répartis en groupes. L’un a continué de suivre le cursus scolaire classique. Quand l’autre pratiquait30 minutes quotidiennes de jeux multisensoriels, pour améliorer la distinction entre les lettres en miroir. Jeux d’écriture – l’enfant écrit dans le creux de sa main un b puis un d, idem sur une feuille les yeux fermés –, prononciation, écoute… Des exercices variés pour solliciter les différents systèmes sensoriels et moteurs du cerveau. Certains élèves faisaient ensuite la sieste après l’entraînement.

Au bout de trois semaines, les résultats ont montré que les écoliers s’adonnant au programme d’exercices ne confondaient plus les lettres en miroir et réduisaient leurs erreurs d’écriture. Et que ceux faisant la sieste lisaient même deux fois plus vite ! « L’entraînement aide à résoudre le problème d’invariance en miroir et le sommeil booste l’effet de la pratique », résume Felipe Pegado, qui a été épaulé par son confrère Sidarta Ribeiro, déjà à l’origine de travaux sur le lien entre sommeil et mémoire. L’expérimentation a été réitérée sur trois ans avec des résultats identiques à chaque fois.

programme-lecture-enfant-lettre-miroir
Exemple d’exercices et sieste pour certains enfants © DR

 

Les écoles en ligne de mire

Fort de ce succès, Felipe Pegado souhaite en faire profiter le plus d’enfants possible. Et c’est dans les écoles marseillaises, ville où il est désormais installé, qu’il aimerait déployer son dispositif. « C’est très simple à mettre en place car cela ne dépend d’aucune technologie ». Pas besoin d’écran ou de tablette, juste le matériel de base que l’on trouve en classe. Le neuroscientifique est en contact avec trois établissements privés – où la démarche est moins lourde administrativement parlant qu’avec le public – pour démarrer dès la rentrée 2021. Ce déploiement servira encore d’expérimentation au chercheur afin de repérer, notamment, les activités les plus efficaces. « Je veux rendre l’entraînement le plus robuste possible pour que, à terme, on puisse tester son efficacité à une plus large échelle. Et peut-être un jour, le voir intégré sur le programme de l’Éducation nationale pour les classes de CP voire de maternelle », ambitionne-t-il.

programme-lecture-ecole-marseille
Photo d’illustration © Archive – Agathe Perrier

Ce projet au long cours sera complété, d’ici quelques mois, par un programme en ligne destiné aux familles. L’idée : sur le même principe, proposer des exercices à réaliser à la maison. Idéalement au moment du coucher, à la place du rituel de lecture par exemple. Un moment de partage ludique avant de glisser dans les bras de Morphée pour consolider les acquis. Et à la clé, le plaisir de lire, probablement pour toute la vie. ♦

 

* LE ZEF, parrain de la rubrique « Éducation », partage avec vous la lecture de cet article dans son intégralité *

 

Bonus

[pour les abonnés] Les chiffres de la lecture chez les jeunes – Une nouvelle méthode de lecture en test –

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite