Fermer

Quand les chercheurs se mettent à la portée des profanes

Par Agathe Perrier, le 21 octobre 2022

Journaliste

Bloën Metzger et Alexis Bougouin, chercheurs à l’IUSTI, ont transmis leurs connaissances sur les milieux granulaires qui ont une propriété unique : êtres solides tout en coulant comme des fluides © Agathe Perrier

Comment une plante peut bouger alors qu’elle n’a pas de muscles ? Et pourquoi peut-on courir sur de la Maïzena ? Autant de mystères que des chercheurs marseillais ont résolu dans leur laboratoire. Et expliqués au grand public à l’occasion des « visites insolites » de la Fête de la Science. Ces moments d’échanges privilégiés permettent, en plus, de faire tomber les préjugés sur les scientifiques et la recherche.

 

Rapprocher les sciences du grand public : tel est l’objectif de la Fête de la Science qui s’est tenue du 7 au 17 octobre (bonus). Parmi les événements proposés, le CNRS – le plus grand organisme public français de recherche scientifique – avait demandé à ses chercheurs d’ouvrir leur laboratoire et d’y organiser des « visites insolites ». À travers des ateliers, les participants ont découvert leur travail et leurs sujets d’étude. « C’est important de leur montrer que l’on est des personnes normales et que ce que l’on fait, même si c’est complexe, a des applications très simples dans la vie », indique Thomas Fasquelle, enseignant-chercheur spécialisé en énergie solaire à l’IUSTI (Institut universitaire des systèmes thermiques industriels, installé au technopôle de Château-Gombert (bonus). La preuve par l’exemple.

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?